Partager

Bonnes pratiques de carbonisation et de restauration des paysages

Le charbon de bois provient majoritairement des forêts secondaires (78,8%). A l’inverse, le bois de feu est prélevé dans les anciennes jachères (36,4 %), les champs (16,5 %) ou les agro-forêts. Aujourd’hui, le bois de feu et charbon se prélevent de plus en plus loin des villages. Cela traduit la rarété du bois à cause d’une demande urbaine de plus en plus importante. C’est pour répondre à cet épineux problème qu’ASD a initié le projet « Lutte contre la déforestation et la dégradation des espaces forestiers péri-urbains de Yaoundé à travers la vulgarisation des bonnes pratiques de carbonisation dans les pôles de production du charbon de bois des villages Akak, Ebogo et Meyene ». Ce projet a bénéficié de l’appui technique et financier de GEF Small Grants Programme – UNDP entre 2015 et 2016

Résultats

Au terme du projet :

225 personnes (105 femmes) formées en technique améliorée de carbonisation et sur la multiplication des essences forestières. Il s’agit de l’Acacia mangium, et la production des plants de bananiers-plantains à partir des rejets (PIF).

– Plus de 40 femmes  bénéficient d’un fonds rotatif d’un million dans deux associations de femmes légalisées par ASD.

15 000 plants d’Acacia mangium et 2 000 plants de bananiers-plantains produits.


Partager